Arbre dont les feuilles sont taillées pour représenter un coeur rouge

“Chaque battement de mon coeur est un je t’aime que je t’envoie”

Citation de Maxalexis
(Le baiser Immortel – 1999)

Elle l’affirme haut et fort : “C’est l’homme de ma vie !” Pourtant, il lui est impossible de lui sortir ces trois petits mots : “Je t’aime”

Amoureuse de lui, elle utilise toutes sortes d’idées pour exprimer ses sentiments évitant ainsi, à tout prix, de lui déclarer sa flamme par la phrase magique.  En effet, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de “Je t’aime” qu’il n’y a pas de sentiments sincères.

Mais alors pourquoi attendre qu’il le dise en premier, pourquoi ces mots restent-ils bloqués dans sa gorge, quel est le risque ?  Car oui, il y a bien une notion de risque.

Le fait de dire “Je t’aime”, c’est un peu donner du pouvoir à l’autre et donc s’exposer à une sorte de vulnérabilité.  La peur d’être dominée, de ne plus être la maîtresse du jeu, de dévoiler une certaine faiblesse, prendre un risque et faire confiance alors que, peut-être, il est difficile pour elle d’avoir confiance en elle.

Parfois, la culture familiale est la source de cette difficulté lorsque dans l’enfance les preuves d’amour et mots d’amour n’était pas échangés entre les parents, cachés dans l’intimité et encore.

Seul l’Amour idéal, le seul, le vrai a-t-il droit au “Je t’aime”… “et si je me trompais, si ce n’était pas lui” comme si ces quelques mots ne pouvaient appartenir qu’à un seul homme.  Alors derrière cette notion se devine, finalement, peut-être, la peur de l’engagement définitivement.  Maladroitement, timidement… peu importe la manière, l’important n’est-il pas de s’aimer tout simplement ?

C’est là que prend toute l’importance de la notion d’équilibre et de non souffrance de l’autre car s’il y a un manque de “Je t’aime” subis par l’un ou l’autre, la relation peut se retrouver fragilisée tandis que si les deux amoureux sont sur un juste équilibre rien ne pourra entraver leurs sentiments.